Fiche Analytique le Père Goriot : L'enterrement de Rastignac

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Fiche Analytique le Père Goriot : L'enterrement de Rastignac

Message  Amina_K le Lun 23 Juil - 23:14


FICHE BAC N° 7
L'ENTERREMENT DU PERE GORIOT


INTRODUCTION
Le réalisme est un mouvement artistique et littéraire apparu au XIXe siècle. Il connaît son apogée des années 1830 à 1850. Le mouvement vise à reproduire le plus fidèlement possible la réalité en abordant des sujets tels que la ville ou la misère du peuple. Ces caractéristiques correspondent parfaitement à l’œuvre du Père Goriot extrait de la Comédie Humaine écrit par Balzac en 1834. Précurseur du Réalisme, Balzac se veut « le secrétaire de la société » en offrant une critique et une analyse très pointilleuse de la société.
Le passage étudié de cette œuvre se situe au moment de l’enterrement du Père Goriot. En effet, à la suite d’une énième dispute avec ses deux filles le Père Goriot sera victime d’une crise d’apoplexie. Le cadre de cet enterrement est macabre et pitoyable puisque seulement Rastignac, l’étudiant arriviste, et Christophe le domestique de la pension Vauquer, lui rendront un ultime hommage.

Comment la mort physique du Père Goriot provoque-t-elle la mort morale de Rastignac caractérisée par sa renaissance ? Pour cela, nous verrons en quoi ce passage est un excipit sordide mais réaliste puis la métamorphose de Rastignac caractérisé par sa renaissance.

I. UN EXCIPIT SORDIDE MAIS REALISTE
1) L'enterrement du père Goriot : Cf enterrement :
• CL de l'enterrement : Ligne ''corbillard'', ligne ''bière'', ligne ''croquemort'', ligne ''fossoyeurs '', ligne ''tombe'', ligne ''ensevelit'', ligne ''fosse'', ligne '' une seule voiture de deuil '', ligne 28 => chant typique de l'enterrement.
• CL macabre et solennel digne d'1 enterrement : ligne ''cris agonisants'', ligne ''chapelle basse et sombre'', ligne ''pauvre homme '', ligne '' larme'', ligne ''horrible tristesse''.
• Gradation ascendante (rythme ternaire) : Ligne 16 : ''En attendant les deux prêtres, l'enfant de chœur et le bedeau, Rastignac serra la main de Christophe, sans pouvoir prononcer une parole ''.
• Un dernier hommage par un domestique conventionnel : Ligne 14/16 relatif qui dévalorise la présence de Christophe, Relation pécuniaire entre Christophe et Goriot ; Ligne 20 à 24 => attitude banale, mots passifs => éloge et hommage assez banal pour G.
• CL de l'Eglise : Ligne '' prêtre '', ligne ''cieux'', ligne ''saintes émotions'', ligne '' placé religieusement ''.
• Détails sur durée enterrement : ligne 29 ''le service dura vingt minutes'' ; ligne ''il est cinq heures et demie '' ; ligne 40 ''A six heures ''
• Dialogue entre Christophe et Goriot => Cf à l'enterrement de Goriot
• Noms propres : ligne 9 ''Saint-Etienne-du-Mont'', ligne 10 ''rue Neuve-Sainte Geneviève''

2) Critique des filles du Père Goriot : le reflet de la Société Parisienne
CL de la solitude/désarroi : ligne ''vide'', ligne ''chercha vainement'' => adverbe d'intensité, ligne ''seul'', ligne ''rien'', description de la chapelle ligne 11=>renforce solitude de R.
Passage de deux prêtres à 1 prêtre.
Asyndète (L.13) : ''l'étudiant chercha vainement les deux filles du Père Goriot ou leurs maris. Il fut seul avec Christophe '' => manque du connecteur logique mais => critique de l'apparence.
Gradation ascendante (L.4) : => Société Parisienne a perverti les filles Goriot
Ligne : ''le corbillard, deux voitures armoiriées, mais vides '' => mais qui met en valeur l'hypocrisie sociale
Ligne ''tortueusement couché'' => e. péjoratif de Paris par l'adverbe tortueusement, vient de tordu => connotation péjorative cf à l'immoralité Parisienne => cf serpent : animal tentateur.

3) Critique de l’Eglise : manque de charité de l'Eglise :
 Ligne ''tout ce que l'on peut avoir pour soixante-dix francs (...) prier gratis" => présent de vérité générale, 2 Cl mêlés argent/religion : Lien direct => argent=religion.
 Peu de moyen donc enterrement expéditif : '' nous pourrons aller vite, afin de ne pas trop attarder'' => présent de vérité générale.
 Ligne ''consentirent à recevoir'' => manque de commisération et de considération de l'E.
 Ligne 24 : ''les deux prêtres '' puis 1 prêtre => réduction du service pour l'enterrement.

II. LA « RENAISSANCE » DE RASTIGNAC : L 52 A LA FIN
1) Une larme symbolique marquant la fin de l'initiation de Rastignac
 CL de la tristesse : ligne ' 'larme'', ligne ''humide'', ligne ''rejaillissent'' => marquant l'épreuve psychologique que lui impose cet enterrement.
 CL de l'enterrement : ligne ''tombe'', ligne ''ensevelit'' => cette larme enterrée enterre aussi sa vie de jeune homme.
 Gradation : ligne ''Le jour tombait un humide crépuscule (...) cieux'' => rythme ternaire, grandiloquant (=emphase) h, met en valeur les termes de la phrase au présent de vérité générale.
 « Larmes » 3 fois répétées => mettre en valeur cette notion d'enterrement de « nouvelle étape ».
 Lignes « en le voyant ainsi, Christophe le quitta » =>moment solennel en intimité avec lui même.

2) La « mort morale » de Rastignac pleine de théâtralité : mort morale de Rastignac au moment où sa dernière larme tombe :

 CL de la pureté/sincérité : ligne ''saintes'' ; ligne ''pur'', ''cieux'', => sincérité de R ≠ envie d'arrivisme car réussir = immoralité, hyperbole ligne ''horrible tristesse'' qui montre son envie d'arriver.
 Fascination de R pour Paris :
 CL du regard : ligne ''vit'', ligne ''contempla'', ligne ''lança un regard'', ligne ''yeux s'attachèrent'' ;
 « Avidement » : adverbe d'intensité => envie extrême de réussir ≠ vertu & moralité car Paris = Société non vertueuse : « tortueusement couché ».
 Aspect théâtral de R : ligne 56 ''croisa les bras '', ligne 59 ''fit quelques pas'' => attitude supérieure de R qui ose défier la Société, il se place comme un Héros qui a déjà appris beaucoup de la vie.
 Métaphore filée de la ruche : Ligne 66 à 67 => beaucoup monde dans cette S, Rastignac est ancré à présent dans le vice et l'hypocrisie donc mort morale => arrivisme, utiliser et profiter de Paris.
 Expression ligne 67 : ''A nous deux maintenant'' => expression grandiose => supériorité de R => cf aux héros romantiques, élan de grandeur, envie de dominer le monde.
 Evolution au début de la dominante du prénom Eugène puis après de Rastignac commence à faire ses preuves dans la société parisienne.


CONCLUSION
L’étude de cette question nous a permis de mettre en évidence que Balzac, par l’intermédiaire du réalisme, décrit l’insalubrité et la modestie de l’enterrement du Père Goriot par de nombreux procédés tels que la critique de l’Eglise peu charitable.
De plus, cela nous a permis de déceler l’insertion totale de Rastignac dans la société parisienne puisque celui-ci décide de mettre de côté sa moralité et son innocence face au traitement pitoyable qu’à reçu le Père Goriot.
On peut dire que la mort physique du Père Goriot a un lien direct avec la renaissance de Rastignac caractérisée par sa « mort morale ».

Amina_K

Messages : 5
Date d'inscription : 23/07/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum